Structure, Stimulation et Reconnaissance ...

...sont les 3 soifs , par analogie à la nutrition, décrites par Eric Berne, le Père de l'Analyse Transactionnelle, comme étant les 3 besoins fondamentaux, vitaux de tout être humain.

Loin de moi l'idée de rédiger un article de fond sur l'analyse transactionnelle, mais je souhaite simplement exprimer en quoi le coach n'échappe pas à cette règle.

Du cadre !

Pour que le coaching puisse être opérant il faut que le client formule un demande claire, qu'il sache quels seront les signes qui lui indiqueront que son objectif est atteint.

Le coach est là pour préserver sa sécurité ontologique et écologique, s'engage par son professionnalisme à continuer à se former au delà de son cursus d'origine, à être supervisé et à respecter un code de déontologie.

Client et coach sont liés par un contrat leur assurant la liberté de mettre fin au coaching, de détailler certaines règles de bases de leur relation telle leur assiduité, le respect, mais aussi les conditions financières.

Ce cadre permet l'expression commune du besoin de liberté individuelle (chacun a sa propre vision de la liberté et sa propre manifestation) indispensable à la "puissance" effective du coaching et donc de ses résultats

Stimulation

La relation de coaching est basée sur une sollicitation, celle du client vers son coach. Les séances sont basées sur des échanges, bien souvent rythmées par des questions posées par le coach, et démarre par une inclusion (que je tente toujours de proposer de façon différente à chaque séance)

Ce besoin est donc de facto activé par la structure même du coaching,

Reconnaissance ...

Comment se matérialise-t-elle dans toute relation professionnelle ? Bien souvent par un feedback qui exprimer que le job, pour lequel on a été attendu, a été bien fait.

Le rôle du coach s’établit dans une relation d'aide. Il peut donc arriver que le coach soit remercié.

Pour ma part, je trouve que c'est une source sans fin de motivation à continuer ce métier.

Je garde en mémoire le "Qu'est ce que c'est difficile de remercier finalement" de Gérard Depardieu quand en 1991, il reçoit le César du meilleur acteur pour son rôle dans Cyrano.

Certains clients n'hésitent pas à le faire : par courrier, mail, dans une boite à suggestions, dans des Kudo cards utilisées lors d'animation de séminaire et qui ne sont pas, en théorie, destinées à l'animateur.

En voici 2 exemples et vous laisse retrouver le reste sur https://www.allagi.fr/remerciements

Je ne sais comment te remercier pour ce coaching.

Tu as su m'aider à activer un autre mode de pensée sur mon rapport au travail et déclencher en moi de nouvelles énergies positives et constructive face à ma réorientation.

...J’en profite aussi pour vous remercier à nouveau pour ces séances qui m’ont fait le plus grand bien, j’ai compris beaucoup de choses sur moi et je sais où je ne veux plus aller. ...

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK